True Detective – Saison 1

Date de sortie : 2014

Date de visionnage : Février 2016

Langue : Français

Genre : Policier, fantastique

    Louisiane 1995. L’enquête de deux inspecteurs très différents de la Louisiana State Police, Rust Cohle et Martin Hart, les charge de résoudre le meurtre d’une jeune femme coiffée de bois de cerfs et tatouée de dessins sataniques. Alors qu’ils ont quitté la police, que Rust semble parti à la dérive, que Martin est devenu détective privé ; ils sont contactés et interrogés en 2012 par deux autres inspecteurs après qu’un meurtre similaire a été commis.
   Cet interrogatoire construit les retours en arrière qui dévoilent les étapes de l’enquête et l’évolution des relations entre les deux hommes et leur psychologie. Après cet interrogatoire, Rust va convaincre son ancien coéquipier de reprendre l’enquête que lui n’a jamais abandonnée. À eux deux, ils vont soulever un coin du mystère d’une série de meurtres sataniques et pédophiles.

6/10

lors, on a a commencé True Detective sans réelle conviction. Le fait que ce soit de HBO et que l’action se déroule en Louisiane ont beaucoup influencé notre choix. Mais bon voilà, on ne s’attendait pas à grand chose…
   Donc forcément, quand on ne s’attend à rien, on a du mal à être déçu. Pour parapher un peu ce que disait Misha, la série a du mal à débuter. Il faut bien attendre le 4ème épisode et la fin de la mise en place de « l’introduction » pour vraiment être pris dans la série. Sur ce point elle se rapproche beaucoup de True Blood.

   En elle-même je n’ai pas grand chose à dire sur la série : c’est long à démarrer, long à se mettre en place, le scénario n’est pas particulièrement transcendant et les musiques restent anecdotiques (mais elles collent bien à l’action, c’est tout ce qu’on leur demande.) Au final, je dirai simplement que la série est à voir pour ses deux protagonistes principaux, leurs personnalités diamétralement opposées.

6/10

   True Detective, voilà une bonne série. Un thriller avec deux flics diamétralement opposés qui se retrouvent confrontés à une affaire retors. L’opening me fait immanquablement penser à celui de True Blood. En même temps toutes deux se déroulent en Louisiane.
   En 8 épisodes, il faut malheureusement attendre le 4ème pour être vraiment dedans. Mais bon c’est de HBO et on peut quand même dire qu’ils font du bon boulot. Une fois que l’enquête avance, que les pièces du puzzle s’assemblent, on est pris par l’histoire et on la boucle très vite car on a envie de savoir.

   C’est quand même assez macabre et c’est le personnage de Rust qui fait tout, il ne faut pas se leurrer. Le flic qui a perdu sa fille, philosophant sur la vie qui d’après lui n’est qu’un cercle qui se répète indéfiniment. Aigri, camé, visionnaire, cynique… Avec Martin qui joue le flic impliqué, n’hésitant pas à tromper sa femme pour se vider la tête.

   Quant à l’identité du Roi Jaune, eh bien c’était tellement évident que presque personne ne l’a vu venir. Une fin intéressante.

Fermer le menu