The Witcher 3 : Wild Hunt

The Witcher 3
Wild Hunt
Date de sortie : 19 Mai 2015
Support du test : PC
Langue : 
Date du test : Mai 2018
   The Witcher 3 : Wild Hunt est un Action-RPG se déroulant dans un monde ouvert. Troisième épisode de la série du même nom, inspirée des livres du polonais Andrzej Sapkowski, cet opus relate la fin de l’histoire de Geralt de Riv.
 2/10

 Introduction
   Bon les enfants, va un jour falloir m’expliquer ce que tout le monde a avec l’œuvre de Sapkowski ? Le Dernier Vœu était un bouquin très plaisant à lire, vraiment, tirant sur les Contes et d’un onirisme assez prononcé. Mais la suite… La suite tombe dans la vulgarité et la fantasy bâtarde, sans aucune substance.
   Vous l’aurez compris, je suis TRÈS loin d’être fan de la saga. Pourtant elle a tout pour me plaire, me parler, me conquérir : des protagonistes très intéressants aux histoires fort bien développées, une intrigue politique complexe, un monde riche et très bien détaillé…
   Alors pourquoi ? Simplement parce que. Tout simplement, parce que. Je n’ai pas accroché.
   Mais nous ne sommes pas là pour parler livres, mais bien jeux-vidéo. Je dois avouer avoir salué le talent du studio à l’origine du premier opus, avoir acheté l’édition collector du second… et acheté le troisième avec l’impression d’être souillé analement.
   À nouveau cette grande question : pourquoi ? Dans l’ordre : j’ai été déçu par la narration du premier, j’ai abandonné le second après une dizaine d’heures, et le troisième… cette fiche lui est consacrée.
   Graphisme :
   C’est somptueux. Outre les bugs à foison, le monde est immense et riche, vivant, immersif… Trop sans doute. Soyons clairs : j’ai goldé Destiny comme un porc, donc je ne suis pas sujet à la fameuse « Motion Sickness ». Et pourtant ce Witcher 3 est parvenu à me faire baigner les dents du fond. Littéralement. Cam dégueulasse, effet de flou immonde, profusion de détails à l’écran… Trop de flore, trop de faune, trop de protagonistes, merde ! Mon PC a tenu le choc, mais pas mon cerveau.
   Le jeu nous en met plein la gueule. Beaucoup TROP pour être seulement lisible et appréciable. J’aime les graphismes plus denses, comme savaient si bien le faire les moteurs UnrealEngine ou même le CryEngine. Mais là…
   Non sans rire, j’ai joué moins de 5h au titre, et je n’ai littéralement profité d’aucun décor, d’aucun endroit.
   Scénario :
   J’en sais rien… Celui de Witcher 2 m’avait tellement ennuyé que je jouais avec une main dans le slibard et l’autre sur mon portable. Merde quoi… le 3 commence fort par une impressionnante séquence d’intro et puis… C’est lent, c’est mou, c’est mort. L’un des principaux reproches que je fais à la plupart des jeux triple A de notre époque est ici multiplié par cent, voire par mille : PUTAIN GERALT, SI TU VEUX SAUVER TA NANA, POURQUOI TU VAS CUEILLIR DES PLANTES POUR SOIGNER LA CHIASSE DU PREMIER PÉCORE QUE TU CROISES ?!
   Un peu de logique et de bon sens, bordel de merde…
   Pour le reste, je ne me prononcerai pas, vu que j’ai quitté le titre trop vite. C’est peut-être bien, mais quand un jeu met SI longtemps pour démarrer, bah désolé mais on se lasse rapidement. Syndrome « Dragon Age : Inquisition » en vue, les gars !
   Le plus décevant, je pense, c’est que merde… Les Sorceleurs sont des putains de chasseurs de monstres drogués pour pouvoir leur faire face… Alors pourquoi les chasses aux monstres sont des quêtes secondaires ?
   Bande-Son :
   ENFIN un truc de VRAIMENT excellent sur lequel je n’ai RIEN à redire. Les OSTs sont magnifiques, un orgasme auditif. Je les écoute en boucle. Bravo.
   Gameplay :
   Vous vous souvenez de la chiasse liquide du second ? Bah on reprend les mêmes, et on recommence ! Non, sans rire… Après la claque des Arkhams, je n’arrive plus à jouer à un jeu qui me propose autant de commandes, de manip, de choix bizarres à faire pour rendre le gameplay faussement complexe. Soit vous nous pondez un Dark Soul et là je dis OUI, soit vous vous mettez bien profond vos idées à la con !
   Clairement, la maniabilité est ignoble. Diriger son cheval me rappelle mes PIRES heures sur Two Worlds, les combats sont stupidement complexes sans la moindre raison (car les affrontements sont bien trop faciles, sans réel sentiment de danger ou de menace)… Sauf bien sûr quand vous tentez de tuer un pauvre garde à la con. Là par contre, toutes vos potions et vos malédictions ne vous protègent pas contre Roger, le Grouillot ! Oh là là là là, qu’il fait peeeeur !
   Conclusion :
   Je ne m’épancherai pas plus, je commence à devenir cynique. Je ne comprends pas COMMENT ce jeu a pu être autant primé, autant choyé par une grande majorité de gameurs. Merde les gars… sérieusement ? SÉRIEUSEMENT ? Alors qu’il existe tellement de jeux identiques mais BIEN meilleurs ?
   Oui, c’est beau, c’est grand, c’est fort… Mais le tout ensemble donne juste un sentiment étrange, bâtard, foiré.
4/10

  Malheureusement je n’ai pas adhéré à ce jeu. Je souffre de motion sickness et la caméra bouge à une vitesse vomitive… Pour avoir les voix françaises, c’était compliqué. C’est écrit beaucoup trop petit pour parvenir à lire, même avec le patch. Les OST sont bonnes et graphiquement c’est beau. Sauf que le scénario est balancé comme si tous les jours avaient fini les opus précédents. Aucune explication sur rien, raf. Dommage, car j’attendais beaucoup de lui…

Laisser un commentaire

Fermer le menu