Might and Magic X : Legacy

Might and Magic X : Legacy

Date de sortie : Janvier 2014

Date du test : Avril 2018

Langue : Français

Plateforme : PC

Genre : D-RPG

Might & Magic X Legacy est un jeu de rôle au tour par tour sur PC. Vous incarnez 4 héros qui arpentent la péninsule d’Agyn, dans le but de déposer les cendres de leur mentor Owen dans la chapelle de la ville principale de la péninsule : Karthal. La cité est la cible d’une lutte de pouvoir pour sa prise de contrôle, et vos 4 aventuriers se trouvent chargés de démêler les intrigues politiques.

8/10

   Introduction :

   Les années 90… Elles ont marqué le Jeu-vidéo d’une pierre rouge, pour le changer à tout jamais. Certains titres ont indubitablement changé le médium, tel qu’Ultima ou Might & Magic.
   Et dans ces studios, à cette glorieuse époque, nous avions des héros. Pas de ceux qui portaient des capes et des épées, non… Mais de ceux qui codent avec le cœur. Tim Schafer, Lord British (Richard Garriot) ou encore… Jon Van Caneghem.
 
   Autant vous dire que pour moi, M&M revêt une valeur sentimentale toute particulière.
 
   À l’époque, j’adorais l’univers étendu qui avait été construit autour. La série des Heroes proposait un contexte de guerre à grande échelle sous forme de jeu de stratégie, et les Might&Magic d’explorer – soit pendant, soit dans une période proche – les événements d’un autre point de vue, dans un RPG à la première personne.
   Mes premiers « vrais » émois avec la série datent de M&M VI et de son pendant, HoM&M 2. L’histoire de Roland et de son frère était dantesque, et le VIe opus certainement l’un des meilleurs… Et des plus durs également (saloperies de cultistes qui vous spament de boules de feu ! C’est de l’anti-jeu !)
   Bref, je m’égare… Toujours est-il que j’ai cessé de jouer à la série du temps du VIIIe opus… À cette époque maudite du passage à la 3D. On parlait à mi-mots de la « malédiction du 8 ». Ultima 8 et Might and Magic 8 ont, tous deux, à cette époque, tenté un passage à la 3D totalement catastrophique qui marqua la fin de la série et de leur studio…
   New World Computing est mort, sa licence phare rachetée par Ubisoft. Je ne vais pas vous le cacher, cela fait 12 ans et je m’y suis toujours pas remis. Je n’ai touché à aucun Heroes estampillé Ubi. Et même lors de la sortie de Might&Magic X, en 2014, j’ai refusé d’y jouer. Ce n’est que maintenant, 4 ans plus tard, que j’accepte de voir enfin ce qu’il en est.

   Graphismes : 

 Remettons les choses dans le contexte. Nous sommes en 2014. Ubisoft est au summum de sa gloire. Cette année-là, il sortira des titres comme Far Cry 4, Watch Dogs, Assassin’s Creed Unity, South Park : Le bâton de vérité, Child of Light…
   Cette même année, ses concurrents ne sont pas en reste : Destiny, Titanfall, Pokémon ROSA, The Evil Within, Dragon Age Inquisition…
   Bref, je ne vais pas m’étendre, vous l’aurez compris, 2014 était une grande année. Et Ubisoft ose nous sortir… ça :
 
Oui, je sais, les nains sont moches. Mais quand même…
   Alors je vais être clair, je vais être DUR avec ce titre. Extrêmement dur. On ne peut pas s’appeler Ubisoft, racheter les droits d’une des licences les plus connues du Jeu-Vidéo, et bâcler le travail ! Ce n’est juste pas acceptable !
 
   En soi, le jeu n’est pas moche, qu’on soit clairs. Certains effet graphiques sont fort passables, et quelques décors sortent du lot. Le joueur n’a pas la rétine agressée, mais quand même… 2014. Destiny. Dragon Age Inquisition. Ubisoft. Voilà, rien à ajouter votre honneur. Je plaide la légitime défense.
 
   Et qu’on ne vienne pas me dire « Oui, mais c’est sous Unity, donc forcément… » NON ! Juste NON ! Ras-le-bol de cette excuse moisie, merde ! Unity est un EXCELLENT outil d’où est sorti, entre autre, « Ori and the Blind Forest », « Torment : Tides of Numénera », ou encore « Cuphead »… FUCKING CUPHEAD !!!!!

   Bande-son : 

 Ah les Osts de Might & Magic… Paul Romero, ce génie, avec entre autre à son actif la BO d’Everquest… Il a été recruté par Ubisoft pour s’occuper des bandes-son de la série Heroes of Might & Magic, sur laquelle il continue à faire un boulot magnifique…
   Alors POURQUOI VOUS NE L’AVEZ PAS PRIS ?! Vous êtes totalement débiles ?! Bande de teubés analphabètes, pourquoi Jason Graves ? Ce gros naze n’a fait que de la merde totalement oubliable !
 
   En bref, oubliez les musiques. De toute manière, il n’y en a quasiment jamais. Et les doublages sont à chier.
 

   Scénario : 

 Enfin… Quelque chose pour sauver les meubles ! Le scénario, bien qu’il ne casse pas trois pattes à un canard, va narrer les péripéties de quatre héros qui doivent porter les cendres de leur maître sur sa terre natale afin de lui offrir une dernière sépulture décente.
   Ils vont se retrouver embarqués dans un voyage épique et… vous connaissez l’histoire. C’est du grand classique.
   Trop ? Sans doute. Cependant le tout est correctement narré et nous promet des heures d’aventure dans une map immense et jouissive.
   Bien entendu, je pense qu’il y a ici une grosse part de nostalgie qui s’exprime. Je n’irais jamais à dire qu’on a ici le scénario de l’année, hein. Mais c’est plaisant.

   Gameplay : 

Très proche du VI épisode, j’étais vraiment ravi. Le jeu retrouve ses marques sans pour autant nous proposer de vraies nouveautés. Les combats se déroulent au tour par tour, les classes sont assez ouvertes pour être versatiles, etc…
   Les classes de perso. justement… Trop peu nombreuses et clairement mal paramétrées. C’est bien simple : à moins de prendre un mago spécialisé en magie de Terre (la SEULE capable de soigner au début du jeu), ce n’est même pas la peine de continuer. On trouve certes un nombre conséquent de potions, mais c’est bien insuffisant puisque leur utilisation ne fonctionne que sur le personnage qui l’utilise (impossible de soigner un compagnon) et font perdre un tour d’action… Inutile de vous dire que dans un combat tendu, on préférera garder ses bourrins pour défoncer l’ennemi.
   Certains choix sont également très étranges, comme le fait d’offrir par défaut la maîtrise de la lance au Maître des Runes (race : Nain), là où son avatar porte un marteau et sa classe de mage le ferait plutôt pencher vers les bâtons…
   Au final, on a le sentiment que les développeurs ont cherché à « combler les trous » pour les armes oubliées des autres classes.
   Mention spéciale à ces classes passablement inutiles comme le Rôdeur Elfe (j’ai fait toute ma partie avec l’un d’entre eux) aux dégâts risibles et à l’utilité oubliable.

   Conclusion : 

 Quand je relis ce que j’ai pu écrire plus haut, et en ajoutant tout ce qui est hors catégorie (comme les bugs à répétition, la localisation et les traductions honteuses, les problèmes de sauvegarde, etc…), je devrais, au mieux, décerner le Caca d’Or de l’année à ce Might & Magic X. Pourtant… pourtant je n’y parviens pas. Appelez ça « sentimentalisme » ou « nostalgie », mais cette ambiance m’avait tellement manqué que je suis prêt à faire l’impasse sur les (trop) nombreuses errances du titre. Ne serait-ce que dans le fol espoir de voir, un jour, un XIe arriver (je sais qu’Ubi a mis un terme avec son partenariat avec Limbic, mais quand même…)
 
   Pourquoi…? Mais POURQUOI ?! Pourquoi je t’aime autant, M&M X ?! Sur le papier, TOUT est mauvais. Il n’y a RIEN à garder, tout est à jeter….
   Alors pourquoi ?
   Je ne parviens pas à le comprendre moi-même. Cependant, force est de constater que j’ai passé un bon moment dessus.
 
0/10

   Pas fait.

Laisser un commentaire

Fermer le menu